À l'iReMMO

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

Communautarisme en Syrie : lorsque le mythe devient réalité

Fabrice Balanche: Géographe, chercheur à l’Institut Français du Proche-Orient, Beyrouth

Plus le conflit se prolonge et plus la population syrienne se replie sur les structures traditionnelles que sont le clan et la communauté. La défense de la communauté et du clan prime sur les idéologies et les revendications politiques. Les minorités confessionnelles (20 % de la population) soutiennent globalement le régime car leur survie est menacée, en particulier la communauté alaouite qui a beaucoup à perdre. L’opposition armée au régime provient des classes populaires arabes sunnites (65 % de la population), quand la bourgeoisie demeure fidèle au régime. Quant aux Kurdes (15 % de la population), ils travaillent à la construction d’une région autonome, préférant un Bachar el Assad affaibli à une domination arabe sunnite forte. Les minorités confessionnelles et les Kurdes ne croient pas aux promesses de l’opposition de garantir leurs droits. Certes, les minorités, comme tous les Syriens, souhaitent des réformes démocratiques en Syrie, mais pas au prix de leur marginalisation, voire de leur élimination.