À l'iReMMO

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

Démilitariser Gaza, sans plus : un piège ?

Robert Bistolfi: Membre du comité de rédaction de Confluences Méditerranée.

Alors que les ruines de Gaza fument encore, un premier bilan politique montre qu’Israël n’a pas atteint ses objectifs et que la Hamas a conforté son autorité sur fond d’impuissance de l’Autorité palestinienne. Même si ses appuis occidentaux demeurent, Israël connaît une profonde détérioration de son image sur le plan international. Un aggiornamento de la politique israélienne n’est cependant pas à attendre. L’intervention à Gaza visait d’abord et surtout à empêcher le rapprochement inter-palestinien qui se dessinait. Cet objectif de division de l’adversaire demeure central pour un gouvernement israélien qui poursuit sa politique de colonisation et refuse la « solution à deux Etats ». Le second objectif qui en découle pour lui est de parvenir à tout prix à une démilitarisation de Gaza, et ce qu’il n’a pu obtenir par les armes sera maintenant recherché à travers une intervention internationale qui sécuriserait Israël sans qu’il ait à payer le prix politique de la paix. S’il est de plus en plus évident qu’une solution du conflit conforme au droit international ne pourra qu’être imposée par la « communauté internationale », il ne faudrait pas que cette intervention ait pour objectif premier, sinon pour but unique, de réduire la capacité de résistance du Hamas. En d’autres termes, toute action concernant Gaza devrait avoir pour pendant des pressions fortes sur Israël, touchant à la colonisation et à l’enclenchement d’un vrai processus de négociation en vue d’une paix juste.