À l'iReMMO

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

L’intervention de la Résistance islamique en Syrie : causes, formes et répercussions en termes de mobilisation

Aurélie Daher: Docteur en science politique (Sciences-po Paris) et spécialiste du Hezbollah et de la politique libanaise. Elle est actuellement chercheur à l’Université d’Oxford (Royaume-Uni).

Deux ans après le début de la protestation populaire syrienne contre le régime de Bachar al-Assad, les troupes de la Résistance islamique, organisation militaire mère du Hezbollah libanais, font une entrée, assumée et remarquée, dans le conflit voisin aux côtés de l’armée régulière. Malgré l’objectif déclaré d’aider la dynastie des Assad à se maintenir, cette intervention répond davantage en réalité à une action préventive, pensée dans le sens d’une anticipation des retombées négatives que pourrait provoquer une éventuelle fin du pouvoir du Baath sur les intérêts propres de l’organisation libanaise en Syrie. Critiquée sur la scène interne, notamment par un 14 Mars officiellement hostile au régime syrien, cette intervention a été présentée par de nombreux auteurs comme le déclencheur d’un déclin inévitable du Hezbollah, notamment pour ses répercussions en termes de mobilisation dans son pays d’origine. Pourtant, après plus de trois ans de participation aux combats en territoire syrien, la Résistance islamique et le Hezbollah conservent non seulement toute la confiance de leur communauté, à savoir les chiites du Liban, mais jouissent également, dans l’aventure syrienne, d’un soutien élargi à des pans de la société libanaise qui leur étaient jusqu’alors restés peu favorables.