À l'iReMMO

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

La diplomatie nucléaire iranienne

Seyed Mohammad Tabatabaei: Maître de conférence à l’université Allamah Tabatabaeï, département des Relations internationales et Etudes régionales

Imam Ali : « Les gens sont hostiles à tout ce qu’ils ignorent » L’hypothèse de la bombe A iranienne est devenue l’axiome d’une problématique simpliste. Elle est l’instrument de toutes les accusations contre l’Iran. L’hypothèse repose sur l’existence d’une animosité entre Téhéran et Washington ou Tel-Aviv qui inciterait l’Iran à se doter de la bombe A. D’où l’équation faussement proposée, si terrifiante : Iran + Nucléaire = Iran + Bombe A ou, plus apocalyptique, Iran + Bombe A = Iran + attaque d’Israël ou des Etats-Unis d’où surgirait une Troisième Guerre mondiale1. Mais une question se pose d’emblée : l’existence d’une hostilité, comme il s’en rencontre partout, justifie-t-elle d’avancer un préjugé qui conduirait à quelque point de non retour ? Ou encore, dans un climat d’animosité, où le but serait de l’emporter sur ceux qui lui sont hostiles, l’obtention par l’Iran d’une médiocre bombe A ne serait-elle pas, au contraire, un facteur assuré d’auto-destruction, face aux gigantesques arsenaux nucléaires ultra-sophistiqués de ses ennemis ?

Vous pouvez vous procurer, en version numérique, cet article ou l’intégralité du Numéro 65 : L’Iran, une puissance virtuelle ? sur le site de Cairn.info à l’adresse suivante : http://www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2008-2.htm