À l'iReMMO

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

Le YÖK et le Politique : un rapport paralysant la réforme de l’enseignement supérieur en Turquie

Murat Yilmaz: Chercheur à l’IHEID (Institut des Hautes Etudes Internationales et du Développement) au département d’Histoire Internationale.

Le YÖK, le conseil de l’enseignement supérieur, a été fondé en 1981 par la junte militaire arrivée au pouvoir en 1980 par un coup d’Etat. Les militaires, pressés de remettre le pays dans le « droit chemin », entreprirent rapidement une réforme de l’enseignement supérieur visant à retirer aux universités leur autonomie. Le devoir du YÖK était donc de veiller à l’application de la nouvelle loi sur l’éducation supérieure. Mais en tant qu’institution étatique supra-parlementaire concentrant tous les pouvoirs de décision dans le domaine de l’enseignement supérieur, il se trouva très vite critiqué par une multitude d’acteurs, notamment par les différents gouvernements qui se succédèrent. Pour ses détracteurs, le YÖK, jugé anti-démocratique et autoritaire, devait absolument disparaître pour céder la place à des universités autonomes capables de se gérer elles-mêmes. Pour cela, il était nécessaire de changer la loi sur l’enseignement supérieur, ce qui relevait de la compétence du parlement turc. Cependant, malgré les promesses des différents partis politiques de réformer radicalement cette loi, il n’y a jamais eu de changement profond. L’objectif de notre article est d’expliquer, à travers une analyse de l’évolution des rapports entre le pouvoir et le YÖK, la raison pour laquelle celui-ci n’a pas été réformé radicalement. Selon notre hypothèse, le blocage qui caractérise la réforme de l’enseignement supérieur réside dans la rivalité de pouvoir qui s’est instaurée entre le YÖK et l’autorité politique. En d’autres termes, au sein de l’appareil d’Etat, la compétition opposant le YÖK au politique constitue un obstacle majeur à la volonté réelle de réformer en profondeur le YÖK. Néanmoins, la Turquie, engagée depuis le début des années 1990 dans un processus de démocratisation, a besoin plus que jamais de démocratiser le fonctionnement de l’enseignement universitaire.

Vous pouvez vous procurer, en version numérique, cet article ou l’intégralité du Numéro 83 La Turquie d’aujourd’hui au miroir de l’Histoire sur le site de Cairn.info à l’adresse suivante : http://www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2012-4.htm