À l'iReMMO

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

Le parti Ennahdha à l’épreuve du pouvoir en Tunisie

Kmar Bendana: Professeur d’histoire contemporaine contemporaine, Université de la Manouba 1.

Cet article résume l’histoire du parti Ennahdha, neuf mois de son arrivée au pouvoir en Tunisie à la faveur des élections d’octobre 2011. Après une vingtaine d’années de coupure forcée des sphères de la politique active, le parti se trouve au défi de piloter une transition politique qui l’oblige à composer avec plusieurs forces. Si la religiosité de la société tunisienne et son statut de victime de la dictature ont favorisé son score de 38 %, liberté de parole, floraison des partis et vitalité de la société civile sont une épreuve inédite pour lui.Trois champs (le syndicat, l’université et les médias) sont aux premières loges (avec la magistrature) pour résister aux mesures hégémoniques d’une formation qui table sur la légitimité carcérale et le résultat des urnes pour asseoir son retour aux affaires. À côté de ces résistances, Ennahda doit aussi faire face aux difficultés économiques et sociales du pays qui sont d’autant moins maîtrisées par ce parti qu’il a été absent des luttes sociales et que le libéralisme économique – à l’origine de la crise persistante – est le seul horizon d’une équipe gouvernementale inexpérimentée.

Notes
Cet article est à l’origine une conférence prononcée à Bruxelles le 9 par l’iRéMMO et l’Université Libre de Bruxelles. Répondant au thème « Les islamistes à l’épreuve du pouvoir » (d’où le titre de cet article), une version de cette conférence a été publiée sur le site de l’ULM. Voir lien. Je remercie Pierre Blanc de me donner l’occasion de présenter ici une version revue et augmentée de cette communication.]

Vous pouvez vous procurer, en version numérique, cet article ou l’intégralité du Numéro 82 : Égypte, Tunisie : de la rue aux urnes sur le site de Cairn.info à l’adresse suivante : http://www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2012-3.htm