À l'iReMMO

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

Le printemps des partis ? Le rôle des organisations partisanes égyptiennes dans les élections législatives

Clément Steuer: Chercheur associé au Cedej et au laboratoire Triangle, Clément Steuer est soutenu par une bourse de la région Rhône-Alpes.

À la faveur de la nouvelle législation encadrant les organisations partisanes et les opérations électorales, les partis politiques égyptiens ont dominé les premières élections législatives post-révolutionnaires, au détriment notamment des élites locales traditionnelles et des hommes d’affaires. Le système partisan égyptien ne s’est néanmoins pour l’instant que partiellement autonomisé. Durant la campagne, les partis se sont révélés extrêmement dépendants de toute une variété d’organisations leur préexistant : clientèles, tribus, entreprises, syndicats, mouvements révolutionnaires, Églises, et surtout confrérie des Frères musulmans et organisation de la Prédication salafiste. Ce manque d’institutionnalisation ne doit cependant pas masquer le fait que les partis ont joué un rôle central dans ces élections, à tel point que cette situation a motivé l’arrêt de la Haute Cour Constitutionnelle qui a entraîné la dissolution de l’Assemblée du peuple en juin 2012.

Vous pouvez vous procurer, en version numérique, cet article ou l’intégralité du Numéro 82 : Égypte, Tunisie : de la rue aux urnes sur le site de Cairn.info à l’adresse suivante : http://www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2012-3.htm