À l'iReMMO

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

Les réfugiés de Syrie dans le camp de Chatila : conflits de légitimité et solidarités entre « nouveaux » et « anciens » réfugiés

Hala C. Abou Zaki: Doctorante en anthropologie, Ecoles des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris.

Depuis le début des soulèvements en Syrie en mars 2011, des dizaines de milliers de Syriens et de Palestiniens de Syrie réfugiés au Liban, se sont installés dans les camps de réfugiés palestiniens. Le camp de Chatila, situé dans la banlieue sud de Beyrouth, accueillerait ainsi aujourd’hui près de 2250 Syriens et 2000 Palestiniens de Syrie. Ces « nouveaux » réfugiés sont arrivés dans un camp qui souffrait déjà d’une très forte densité d’habitants (avec plus de 13000 habitants pour une surface de moins d’un kilomètre carré) et de conditions de vie précaires tant au niveau de l’habitat que sur les plans socioéconomique et éducatif. Dans ce contexte, l’arrivée de nouveaux réfugiés a détérioré un peu plus la situation dans le camp et des conflits de légitimité sont apparus entre « anciens » et « nouveaux » réfugiés, notamment autour de l’habitat et des services dispensés par l’UNRWA et les ONG. Ces tensions se sont accompagnées, cependant, de manifestations réelles de solidarités. Cet article cherche à mettre en lumière l’impact et les enjeux de l’installation des Syriens et Palestiniens de Syrie dans le camp de Chatila.