À l'iReMMO

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

Les revues françaises et le conflit israélo-palestinien.

Daniel Lindenberg: Professeur émérite de l’Université Paris 8 ; auteur du Procès des Lumières, Seuil, Paris, 2009.

Selon les moments et au gré des modes idéologiques, l’intelligentsia française s’est vue taxer soit de partialité pro-israélienne systématique, soit d‘antisionisme de principe, voire d’antisémitisme inavoué. Il nous a semblé que la lecture de grandes revues qui, en France, sont souvent prescriptrices dans les débats importants, était un bon moyen de sortir des idées reçues contradictoires qui courent dans le domaine particulièrement miné de l’éternelle confrontation israélo-palestinienne. Mais encore faut-il considérer que la presse quotidienne et hebdomadaire, surtout à une époque où elle avait un tirage et une influence sans commune mesure avec ceux d’aujourd’hui, a longtemps joué un rôle qui éclipsait celui des revues proprement dites. Par ailleurs, si l’enquête commence au lendemain immédiat de la Deuxième Guerre mondiale, il faut privilégier d’abord une époque – de 1945 à 1949 – pendant laquelle un intérêt soutenu est porté aux dramatiques événements qui marquent la fin du mandat britannique, à l’adoption par l’ONU du plan de partage de la Palestine, à la proclamation de l’Etat d’Israël, puis à la guerre israélo-arabe de 1948. Si une vive sympathie se manifeste envers les rescapés du génocide, dont bénéficient par extension les juifs de Palestine (le Yishouv), l’opinion véhiculée par la presse est néanmoins divisée.

Vous pouvez vous procurer, en version numérique, cet article ou l’intégralité du Numéro 72 : La Palestine en débat 1945-2010, sur le site de Cairn.info à l’adresse suivante : http://www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2010-1.htm