À l'iReMMO

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

Public sector mobilisation despite a dormant workers’ movement

Léa Bou Khater: Lea Bou Khater, PhD candidate, Department of Development studies- Faculty of Law and Social Sciences School of Oriental and African Studies – University of London.

La mobilisation des travailleurs du secteur public au Liban illustre la possibilité d’une renaissance du mouvement ouvrier malgré les divisions confessionnelles et les interventions politiques. Après la guerre, les syndicats ont été affaiblis et hautement politisés. Cependant, on a observé dans la dernière période des signes de reprise de la mobilisation des travailleurs. Celle-ci est avant tout le fait du Comité de coordination syndicale (Union Coordination Committee, UCC), créé en mai 2012, qui regroupe la Ligue des fonctionnaires, les ligues d’enseignants des écoles publiques primaires et secondaires, et le syndicat des enseignants des écoles privées. La principale revendication est une nouvelle échelle des salaires. Après d’imposantes manifestations et de longues actions de grève, le gouvernement a cédé et a approuvé une nouvelle échelle des salaires, qu’il a soumise au parlement. Mais les commissions parlementaires ont modifié le projet de loi. Bien que le mouvement n’ait pas encore été couronné de succès, l’UCC s’est montré capable de rassembler les travailleurs autour de leurs revendications de façon unitaire, en dépit de la prédominance des affiliations politiques dans un système fortement confessionnel.