À l'iReMMO

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

Retour sur le conflit syrien : les erreurs de l’opposition, les manquements de la communauté internationale

Bassma Kodmani: Directrice de l’Arab Reform Inititative, ancienne porte-parole du Conseil national syrien (CNS).

Jean-Paul Chagnollaud. Quel regard portez-vous sur les trois années de révoltes en Syrie ? Bassma Kodmani. Toutes les propagandes n’ont pas réussi à déformer le récit qui reflète la réalité de la situation : une révolte spontanée d’une population civile non organisée politiquement, sans couleur idéologique sinon une imprégnation des manifestants du discours des droits de l’homme, de la démocratie et de la bonne gouvernance qui, pour eux, veut avant tout dire la fin de la corruption et l’injustice qui naît de celle-ci et des exactions d’un appareil sécuritaire impitoyable. La révolte se voulait absolument paci- fique et unitaire pour les Syriens. Les premiers slogans reflètent une forte conscience des dangers : connaissant le régime, anticipant ses manipulations, les slogans dominants des débuts étaient « un seul peuple », « les Syriens sont tous un ». Ils étaient un rempart contre les tentatives de division dont le régime a fait en effet le cœur de sa stratégie. [...]